À propos

Amélie

En quelques mots

Amélie (en grec « de cuisine », j’aime à décomposer ce prénom ainsi : a, préfixe privatif, et mélie de melos, le souci : Amélie, « sans souci », si si !) / née un jour lyonnaise / habite actuellement Bruxelles (après avoir habité en Irlande, en Slovénie et au Kirghizstan) / enseignante de français pour les étrangers & animatrice d’ateliers d’écriture & lectrice & auteure / a la bougeotte le reste du temps (et parfois aux mêmes moments)

 

Amours plurielles

J’aime habiter à l’étranger, m’interroger sur ce que ça tricote en moi, poser des questions et trouver des réponses, apprendre ma langue à d’autres et apprendre d’autres langues pour moi, voyager pour rencontrer des gens et inversement, chercher comment vivre autrement, lire des livres pour enfants à voix haute (à des enfants, ou non), jongler avec des mandarines et/ou des noix en fonction du stock disponible, faire des gâteaux à base des mêmes mandarines et/ou noix citées plus haut, faire du stop et écouter les histoires que les automobilistes ont à raconter, traverser la baie du Mont Saint-Michel pieds nus, apprendre des poèmes de Max Jacob et d’Aragon par cœur, regarder les lumières du ciel changer, rire beaucoup, boire du thé, observer la ville depuis ses toits, laisser de la place aux mots et voir ce qu’ils en font, laisser de la place aux gestes et voir ce que ça nous fait, créer des espaces d’écriture à investir, me rendre compte qu’un cerf-volant n’a rien d’un cerf volant, aller ramasser des châtaignes, et être à l’écoute de ce qu’il y a à vivre.

En images

panneaux d'autostop d'un été 2013Amélie grain de folie, Agnès Lestrade tout ce que j'ai dansé les petites phrases du yogi tealecture au thé je suis heureux